Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail

Le voyage à pied : Une rusticité qui séduit les CSP+

Dune marocaine - YB

Marcher 6 à 9 heures par jour, faire ses besoins dans la nature, manger à même le sol… Voilà qui ne donne guère envie de voyager à pied. Les non-initiés pourraient même rajouter : « Mais ce sont des vacances de Pauvres ! ». Eh bien, pas du tout !

« Qui n’a pas un jour tenté l’expérience ne sait pas ce qu’il perd ! ».

C’est en ces termes que Roland, la soixantaine épanouie, évoque son long parcours de randonneur, de trekkeur, de baroudeur à travers le monde. Sur ces deux jambes et dans ses grosses godasses, « il a fait » la Patagonie, l’ascension du Kilimandjaro, le Népal, le Désert blanc d’Égypte… mais aussi Madère, l’Islande, les Alpes… Trois à quatre voyages par an, depuis 30 ans, en compagnie de son épouse parfois. Entre 100 et 120 destinations visitées ! Un palmarès impressionnant. Routard du sac à dos, bourlingueur pendant ses vacances, mais Directeur marketing pendant l’année… à 8.000 € de salaire mensuel. Tel est souvent le pedigree du voyageur marcheur.  

À 1.000 € la semaine ou 2.000 € les 15 jours, on pourrait penser, comme ça à l’instinct, que le voyage à pied, le vrai, celui où l’on crapahute 6 à 7 heures par jour, où l’on partage sa tente avec un inconnu (une option « tente individuelle » est parfois proposée), où on se contente d’un en-cas à midi, où on dort à la dure ou à la belle étoile, s’adresse à une clientèle désargentée ou « modeste ». Pas du tout !

Sur les treks Allibert ou Terres d’Aventure (parmi d’autres spécialistes), on rencontre rarement des Français moyens, mais le plus souvent des cadres sup’, des professions libérales (beaucoup de médecins), des universitaires et même des chefs d’entreprises. Les CSP+ (catégories socioprofessionnelles supérieures) sont sur-représentées dans les groupes de marcheurs, souvent constitués à plus de 50% de quinquagénaires et de sexagénaires.

Et, malgré les contraintes (toilettes sommaires, absence de lieux d’aisance, proximité d’une nature parfois hostile, comme ces vilaines petites bébêtes que sont scorpions et serpents), les femmes sont souvent majoritaires chez les marcheurs.

Tout cela va à l’encontre des idées reçues !

« Une déconnexion complète avec mon quotidien. Un retour aux sources. Une immersion totale au cœur d’une destination. Le plaisir de l’effort et l’esprit d’équipe. La camaraderie : Voilà ce que je recherche »,

argumente Chrystelle, élégante cadre commerciale lyonnaise dans la vie quotidienne, qui se passera pourtant de tout confort moderne pendant près de 15 jours de marche dans le sud marocain. « L’authenticité du contact avec nos accompagnateurs (guide, muletiers, chameliers) et avec les populations locales (bergers et paysans berbères, enfants…) constitue pour moi la fibre du voyage, sa substance, son essence. Et cela n’a pas de prix ! », renchérit Adeline, Chercheuse au CNRS dans le civil.

Pourtant, quand on y réfléchit bien, quelles drôles de « vacances » ! Six à sept heures de marche par jour, qu’il vente, qu’il pleuve ou sous un soleil implacable. Des nuits souvent frisquettes dans des sacs de couchage pouvant résister à des températures négatives, voire très négatives. Sous une tente qu’il faudra monter soi-même et démonter au petit matin, à la fraîche et à l’humidité. Ou à la belle étoile quand la météo s’y prête. Une toilette sommaire « à la lingette ».

Pour les besoins, ce n’est pas dans la cabane au fond du jardin que ça se passe, mais entre deux cailloux, derrière un acacias ou une dune, de jour comme de nuit (parfois à 4h00 du mat’ quand l’envie se fait pressante). Et, prière de ne pas oublier son briquet pour brûler le papier hygiénique. Faute de quoi, dans le désert notamment, il mettra des années à se décomposer.

Et la « frontale »… Indispensable « frontale » ! Cette lampe qu’on fixe sur son front et qui vous accompagnera dès la tombée de la nuit (vers 17h30 en hiver) jusqu’au lendemain matin. Sans elle, vous êtes aveugle, incapable de voir ce que vous avez dans votre assiette à l’heure du dîner, incapable de retrouver votre tente au bivouac.

Indispensable aussi le « Micropur », ces pastilles qui purifieront l’eau de votre gourde puisée dans des puits creusés au milieu de nulle part. Précaution essentielle, vitale même pour ne pas attraper la turista, la diarrhée du voyageur, qui peut transformer un trek en « inconfortable » chemin de croix. Doux euphémisme !

Le voyage à pied ne connaît pas la crise !

Mis bout à bout, ces « obligations » et autres désagréments avérés ou potentiels pourraient en détourner plus d’un et, surtout, plus d’une. Eh bien non ! Cette formule de voyage ne connaît pas la crise, comme en attestent les chiffres du groupe Voyageurs du Monde qui compte plusieurs filiales spécialisées treks et marches à pied (Allibert, Terres d’Aventure, Chamina…). Elle est dans l’air du temps, souvent respectueuse des pays visités et des écosystèmes fragiles. Écolo-compatible, comme on dit.  

Comme quoi, dans notre monde épris de sécurité sanitaire et de confort high-tech, certaines et certains trouvent dans ces vacances un peu « rustiques » un authentique épanouissement… au rapport qualité/prix parfois exceptionnel. Ce qui compte aussi.

© Texte & Photos - Toptrip.tv

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

À propos

Pour toute demande d'information :

travelprovideo@gmail.com

Ou 06 82 57 57 8zéro